Article 173

Risques ESG/Climat

 
 

Risques ESG

Les activités économiques sont sources de risques et d’opportunités. Les analyses financières classiques ne permettent pas de capter l’ensemble de ces risques et opportunités.

L’identification des risques et opportunités ESG permettent de compléter le profil purement financier d’un émetteur.

En ce qui concerne les entreprises, les risques et opportunités ESG trouvent leur origine à la fois dans le modèle d’affaires de l’entreprise et dans sa manière de gérer les parties prenantes dans le cadre de ses activités.

Les risques associés à la non prise en compte de facteurs ESG peuvent être classés selon 4 types: 1

  • Le risque opérationnel : risque de pertes résultant d’une inadaptation ou d’une défaillance des procédures d’un établissement, de son personnel, de ses systèmes internes ou à des évènements extérieurs.
  • Le risque de réputation : risque de perte de valeur de l’entreprise suite à la réalisation d’un risque qui a affecté  la perception des acteurs du marché que sont les clients, les actionnaires, les contreparties, les régulateurs ou les investisseurs.
  • Le risque stratégique : risque de pertes résultant d’un risque actuel ou potentiel, affectant le capital et le profit, et résultant de changements dans le cadre des affaires ou de décisions commerciales défavorables, d’un manque de réactivité face à l’évolution du marché ou encore de la mise en œuvre inappropriée de décisions.
  • Le risque financier : risques découlant des activités bancaires et financières qui  comprennent essentiellement  les risques de change, de taux ou de liquidité.

 


1 Sources : Bâle II et le Comité de réglementation Bancaire et Financière, Comité des Superviseurs bancaires européens.



Risques climatiques

1. Le changement climatique : définition et causes

Le changement climatique est défini comme tout changement du climat dans le temps, dû à une variabilité naturelle ou à l’activité humaine.

C’est le réchauffement climatique correspondant à l’augmentation de la température moyenne sur la surface de la Terre qui est à l’origine du changement climatique.

L’accumulation des gaz à effets de serre (GES) , dont le CO2, est  la  première cause du changement climatique.

Les gaz à effet de serre sont des gaz, d’origine naturelle ou humaine, présents dans l’atmosphère.

Il y a un large consensus pour reconnaître que près de 50 % de l’augmentation de la température observée au cours des dernières décennies est due à l’augmentation des émissions liées à l’activité humaine.

L’électricité et le chauffage, les transports, l’industrie et les bâtiments sont les principaux émetteurs de GES

2. Les conséquences liées au changement climatique

Les conséquences du changement climatique sont :

-          l’élévation du niveau des mers ;

-          des conditions météorologiques extrêmes : canicules, sécheresses, fortes précipitations et inondations ;

-          l’expansion des déserts dans les régions tropicales ;

-          les espèces en voie d’extinction en raison des changements de températures.

Ces conséquences affectent directement les populations (mortalité, victimes, délocalisation, migration..) et leurs activités économiques (main-d’œuvre, outils de production, bâtiment, …) pour les différents pays et entreprises qui y opèrent.

Seule une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre peut mettre fin à ce phénomène.

3. Les risques associés au changement climatique

On peut identifier deux types de risques climat : les risques physiques et les risques de transition vers une économie bas carbone.

Les risques physiques

Ils couvrent des aspects matériels et financiers immédiats et des aspects opérationnels comme l’arrêt de la production, le stress hydrique et de réputation tels les conflits avec les populations, les flux migratoires importants.


Les risques de transition

La recherche de solutions aux problématiques liées au changement climatique est source de risques et d’opportunités pour certains secteurs/ entreprises.

Ces risques concernent plus particulièrement :

  • L’évolution du prix des ressources énergétiques et de l’efficience énergétique avec comme corollaire des actifs sans valeur (« stranded assets ») :
    • La réduction du coût des énergies renouvelables et la hausse de leur offre sont à l’origine d’une baisse de la demande d’énergies plus polluantes (le charbon en tête) ;
    • Les réserves en énergies plus polluantes pourraient ne jamais être exploitées et ainsi amener des décotes dans les bilans des sociétés propriétaires.
  • L’évolution des systèmes de taxation anti-pollution et de marchés carbones plus contraignants qui entraînent une augmentation du prix de la tonne de CO2 ;
  • Le risque de financement pour les entreprises actives dans des secteurs polluants ou en lien avec des activités énergétiques délaissées : 
    • Ce risque fait suite à la préférence croissante des clients et autres parties prenantes pour le financement de la transition énergétique et aux risques liés. 

L’évolution réglementaire est un facteur clé de la matérialité des risques climatiques.